Entre les maisons-tours et des palais

  • La Maison natale du célèbre musicien Juan de Antxieta, dotée d’une originale façade mudéjar.
  • La Maison natale de la mère se San Ignacio.
  • Un Magnifique palais mudéjar correspondant à la première moitié du XVIème siècle, doté d’une façade pourvue d’une galerie svelte arquée à trois étages.
  • La Maison natale de Miguel Lopez de Legazpi, lecolonisateur des îles Philippines.
  • Un maison robuste et majestueuse construite au début du XVIIème siècle aux flancs du mont Irimo.
  • Datant de la première moitié du XVIème siècle, elle est parée par son balcon sur l’angle.
  • Sa façade est décorée par 53 magnifiques plaques céramiques d’origine allemande datant de la première moitié du XVIème siècle
  • Elle est dotée d’un grand arc d’entrée et d’une porte somptueusement tailléemoyennant des motifs plateresques.
  • Elle est dotée d’un bas-relief datant de l’année 1500 sur la façade principale.
  • Elle dévoile ses élégantes égauchettes-pinacles sur les versants.
  • Sa façade principale est parée du blason impérialde Charles V comprenant un aigle bicéphale.
  • Remarquable exemple architectural du XVIème siècle
  • Remarquable exemple architectural du XVIème siècle
  • Des maisonnettes placées à côté de l’église de San Juan Bautista.
  • Entrée au périmètre médiéval à la fois coquet et intéressant.
  • Une résidence construite par les Elexalde au sein d’un terrain où le château du comte était érigé.
  • La résidence de l’une des lignées les plus importantes de la région, convertie actuellement en musée.
  • Construite au parvis d’Aozaratza, à côté du parage naturel d’Urkulu.

Le Palais d’Arrese (Bergara)

Ainsi, le blason est entouré de deux lions en tant que supports et au-dessus de ce premier, on trouvera le balcon, qui, malgré le fait d'être peu fonctionnel, confère au bâtiment un aspect affectueux. Sur les deux côtés, on trouvera des pilastres ioniques doubles et ces dernières sont surplombées d'un alquitrave décoré de lignes obliques, d'un frison sans décoration et d'une corniche moulée soutenue par cinq supports de fixation. L'ensemble est surplombé par un fronton plié pour s'adapter à l'angle, décoré par un buste de femme au centre et par un ensemble d'urnes et de dragons entourant le fronton.

Sans aucun doute, cette œuvre, pouvant être comparée aux balcons de l'angle de Léon ou de l'Estrémadure, se distingue par sa structure, par la richesse de ses éléments décoratifs ainsi que par l'habilité de son auteur, en déformant les supports de fixation, des pilastres etdes lustres pour créer un ensemble doté d'une plus ample perspective que celui qui est offert par la réalité en obtenant ainsi un plus grand impact chez le spectateur de par la vue en perspective de l'œuvre du sol. Selon les dernières recherches, l'auteur de l'œuvre revient au maître Pedro de Ibarra.
FaLang translation system by Faboba

Entre maisons-tour et palais

Urola garaia

Urola medio

Debagoiena